UTL : Atelier, la géologie du Léon 12 mai 2017

UTL : Atelier, la géologie du Léon 12 mai 2017

 

Après les terrains sédimentaires de la presqu’île de Crozon, Jean-René Darboux géologue a entraîné le groupe d’une trentaine d’adhérents de l’UTL à la découverte des roches métamorphiques et magmatiques  du littoral léonard, la vallée de l’Elorn marquant la rupture entre les deux zones. Le Léon est organisé par des cisaillements SW-NE : celui de Porspoder-Guissény et le cisaillement nord-armoricain. C’est un empilement de roches métamorphiques très déformées.

 

En bordure de  la plage artificielle du Moulin blanc les schistes satinés et tachetés ont été formés il y a 540 millions d’années au temps du Briovérien. Ils sont équivalents aux phyllades de Douarnenez. A la Maison blanche les roches, proches du gneiss sont des schistes à paillettes de mica blanc (muscovite). Sur la plage de Porsmilin le gneiss de Brest riche en feldspath, mica et quartz date de 340 millions d’années. Il constitue en surface une bande SW-NE. Il contient des veines  de granite. A proximité un grand filon de dolérite apparait sous la forme d’une falaise ocre de 20 à 30 m, en recul par rapport aux roches voisines. Elle est située sur une zone de failles appelée faille de Kerforn.

Sur la plage du Trez-Hir, le granite de Trégana, riche en soude se présente comme une surface de détente liée à des cassures. C’est un petit massif intrusif qui recoupe la partie occidentale des gneiss de Brest. Il date de 240 millions d’années.

 

Dans une petite baie proche de la pointe du Conquet se montrent des micaschistes à grenats et à staurotides.

 Plus au nord le granite de l’Aber Ildut date de 300 millions d’années environ en bordure du cisaillement Porspoder-Guisseny. La roche encaissante est de type micaschistes Il prolonge le massif de Kersaint-Saint-Renan, véritable voute et ossature de la région. Il marque les débuts du plissement hercynien. Riche en grands feldspaths potassiques roses, il est proche de la texture des granites de Ploumanach. C’est une roche homogène qui a été très exploitée jusqu’en 1972. Elle constitue le socle de l’obélisque de la place de la Concorde, une partie des quais de Londres et de multiples constructions à Brest. Elle est en liaison avec le cisaillement nord passant par Guisseny et Ouessant

 



05/06/2017
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 74 autres membres