UTL - comptes rendus des ateliers

 

UTL ‐ Atelier nature du 03 novembre 2016 à la maison du Parc d'Armorique ‐ Le Faou
Avec Hervé Guirriec et Laurent Rannou.

 

   Laurent Rannou nous conduit dans plusieurs types de jardin. Tout d'abord le jardin
d'agrément avec ses fleurs et arbustes. Il nous y recommande une tonte tous les 10 à 15 jours à 8 cm. De cette manière la biodiversité est préservée, de nouvelles espèces y apparaissent et prospèrent harmonieusement. L'effet agréable d'un gazon nivelé est conservé. Il est préférable de ramasser les déchets de tonte, à recycler en compost, paillage. Le conseil est de laisser en place les 2 ou 3 dernières tontes avant l'hiver. Elles enrichiront le terrain en azote.
   Puis nous avons progressé vers une "prairie". Les fauches se font à raison de 4 fois l'an, voire 2 fois l'an pour partie. Les espèces s'y développent et de nouvelles s'y installent (flore, faune). Les coupes y sont enlevées.
   Dans ces espaces croissent les arbustes, tels l'escallonia, l'érable japonais, l'if (local ornemental), l'osier ornemental.

 

   Hervé Guirriec nous a guidés ensuite dans le verger, composé essentiellement de pommiers.

   Un petit voyage dans l'histoire s'est imposé. En effet, originaires d'Asie, et précisément du Kazakhstan, ils sont apparus il y a environ 80 millions d'années. Grecs et romains ont largement contribué à leur expansion vers l'Europe. Mais c'est surtout au 19e siècle que le pommier s'y est implanté, et particulièrement en France, avec de nombreuses variétés.
   Il est cité, entre autres, la chailleux, la galeuse, la teint frais, la Germaine de Brasparts, la reinette grise du canada, la transparente, Marie Ménard, cox orange, grand alexandre, et autres gala, golden, variétés de pommes à cidre...

   Certains pommiers peuvent servir de porte-greffe.

   Ont suivi quelques conseils d'entretien, de taille.

 

UTL - Atelier nature du 6 avril 2017 au rucher-école du Nivot à Lopérec

Avec Hervé Guirriec et Hervé Péron.

 

C'est avec un peu d'histoire que débute notre découverte avec Hervé Guirriec. L'apiculture existe depuis des temps très anciens.

Et c'est devant le mur d'abeilles du rucher école que se déroule notre atelier du jour.

Construit en 2009 par les élèves, il est destiné à recevoir les paniers tressés d'autrefois et utilisés jusqu'au 19e siècle essentiellement. Ces ruches pouvaient être placées sur des pierres ou dans des niches aménagées dans les murs de différentes constructions.

Hervé Péron nous explique la manière d'opérer avec ce modèle qui a été remplacé par la ruche Dadant, du nom de son inventeur. Il s'agit de la ruche à cadres utilisée le plus souvent de nos jours. Il nous entretient sur la composition de celle-ci, la manière de la faire évoluer, son organisation intérieure jusqu'à la description d'un cadre avec ses différents alvéoles, leurs destinations.

 

Puis c'est la vie à l'intérieur de la ruche qui nous est détaillée : oeufs, larves, ouvrières, faux-bourdons, reine. Cette dernière, fécondée par le faux-bourdon pond durant sa vie. La population de la ruche varie de 10000 l'hiver, à 40-50000 au printemps-été. Si la reine vit de 4 à 5 ans, les faux-bourdons env. 3 ans, les ouvrières quant à elles ne vivent à la belle période que 4 à 5 semaines. L'hiver elles subsistent environ 6 mois. Les ouvrières assurent l'intendance : construction des alvéoles, entretien, nourrissage, récolte et stockage du pollen, du miel. La production de miel d'une ruche va de 7 à 10 kg sur l'année.

Outre l'activité humaine, l'usage de pesticides et autres polluants, les ennemis de la ruche sont notamment le varroa (un acarien), et bien évidemment le frelon asiatique qu'il convient de combattre.

 

 



18/11/2016
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 74 autres membres