12 septembre 2011: Landerneau, au clair des 13 lunes

Landerneau : Au clair des 13 lunes

Déjà peuplé sous les Romains, Landerneau est devenu  un port d’estuaire très actif, au point extrême de remontée de la marée dans la vallée de l’Elorn, entre Léon et Cornouaille, au débouché d’une région agricole dynamique. La ville s’est enrichie par l’exportation des toiles de lin puis leur fabrication au 19ème siècle par la Société linière du Finistère. Le train et l’augmentation des tonnages ont ruiné le trafic portuaire mais l’Office central créé en 1911 a ouvert de nouvelles sources d’emploi. Visité le 12 septembre par les membres de l'UTL il a dévoilé ses richesses.

 

Armateurs et négociants

 

Armateurs et négociants ont bâti de belles maisons en pierres de Logonna et granit, à proximité des rives, telles cette maison à tourelle de la rue du commerce près de l’auberge du Réveil matin et de la maison à la sirène. Sur la place du marché une grande demeure de 1664, dite « de la duchesse Anne », autrefois toute proche des halles, témoigne de la richesse de ce passé marchand. L’église Saint-Houardon, à l’origine au bord de la rivière, fut reconstruite en 1860 à côté du couvent des Ursulines. Le clocher Renaissance et le porche de 1604 sont des éléments architecturaux de tout premier plan. A l’intérieur, les peintures de Yann d’Argent connaissent une nouvelle jeunesse.

Le pont de Rohan, un des trois ponts habités de France, fut jusqu’en 1930 le seul passage sur l’Elorn vers l’aval. Restauré et aménagé par Jehan II de Rohan en 1510 il abrita sur ses six piles plusieurs maisons et un moulin, aujourd’hui disparu, qui servit aussi de prison.

 

Les 13 lunes

 

Sur la rive gauche, le quartier de Saint-Thomas, longtemps plus rural mais également très commerçant est dominé par l’église Saint-Thomas Becket de Canterbury datant du 16ème siècle. L’enclos paroissial où elle se dresse comporte un calvaire et un ossuaire du 17ème siècle. En contrebas de la place l’ancienne maison d’armateur du 16ème siècle, avec son pont d’allée,  est devenue auberge et siège des « Amis de la Révolution ». Les 13 lunes qui décorent la façade ont contribué à faire de Landerneau « le pays de la lune » avec plusieurs histoires. Le duc de Rohan marié à l’héritière de la famille de Léon aurait remplacé le soleil par la lune en déférence au roi soleil Louis XIV.

 

Les Cent ans de l’Office central

 

L’exposition sur les Cents ans de l’Office central des Œuvres mutuelles agricoles du Finistère montre le rôle de Landerneau dans l’organisation et la défense du monde paysan. En 1911, un groupe de notables catholiques « les onze apôtres », voulant lutter contre la précarité paysanne et encadrer la population agricole, créait l’Office central. Le premier président fut Augustin de Boisanger  mort en 1914, remplacé par Hervé Budes de Guébriant, aristocrate léonard, qui personnifia l’Office jusqu’en 1956. L’office mettra sur pied plusieurs organisations prenant en compte tous les aspects de la vie paysanne et devenant progressivement indépendantes. La Coopérative des agriculteurs du Finistère deviendra Coopagri avec ses conserveries et ses magasins verts sur toute la Bretagne et en 2010 Triskalia. Groupama , la Mutualité Sociale Armorique, « Armorique Habitat », le  C M B Arkéa sont tous issus de l’Office central .



20/09/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 76 autres membres