Excursion à Pont-Croix et Pouldreuzic le 15 mars 2011

UTL. Excursion à Pont-Croix et Pouldreuzic le 15 mars 2011 

Le groupe des 60 adhérents de l’UTL a gagné Pont-Croix, ville pont, « Pont-e-kroaz », entre le Cap Sizun et le Pays Bigouden, dans la douceur d’un avant-printemps.

 La ville, édifiée autour d’une motte féodale dominant le Goyen, près du gué de Kerydreuff, fut célèbre pour ses foires et son artisanat.

 Le lacis des venelles dévale jusqu’à la rivière avec les deux rues « Chères » (pentues). Les seigneurs de Rosmadec en feront une des plus puissantes châtellenies de Cornouaille, finançant l’église, créant un marquisat et le couvent des Ursulines.

L’église N.D. de Roscudon, fondée à partir du 12ème siècle et plusieurs fois agrandie, s’impose par son porche sud en dentelle de pierre (fin 14ème siècle) et sa flèche de 63m (milieu 15ème) qui servit de modèle à celles de la cathédrale de Quimper. Les vitraux présentent l’art des maîtres verriers du 15ème au 20ème siècle, avec les créations de Jean-Jacques Grüber en 1977-78.

Malgré le Petit Séminaire de Saint Vincent (1922-1973) et le petit train de Douarnenez à Audierne, le déclin s’accélère dans la 2ème moitié du 20ème siècle avec la disparition du trafic sur le Goyen et la concentration de l’économie  au profit du littoral. Le musée du Marquisat présente la vie des habitants durant les 100 dernières années.

 

Le pâté Hénaff

 

Après le repas au restaurant Breizarmor à Pennors, face aux longues plages  de galets de la baie d’Audierne, ce fut la visite du musée du pâté Hénaff dans la première ferme de la dynastie.

  Jean Hénaff né en 1859 s’est lancé dans la conserverie de légumes et de poisson en 1907. Dès 1914 il ajoute la fabrication du pâté avec l’aide d’un de ses quinze enfants Jean-Louis et d’un cuisinier, afin de ravitailler les soldats. La recette du pâté Hénaff sera arrêtée en 1930 avec son mélange secret d’épices. Le pâté deviendra le produit principal avec un marché prometteur à l’exportation. Aujourd’hui l’usine, dont la famille demeure propriétaire, traite 40 000 cochons par an avec le souci d’une mort sans stress  et fabrique 35 millions de boites, soit en moyenne 835 boites par cochon. Les produits de charcuterie se sont diversifiés avec des pâtés de campagne, rillettes et terrines d’animaux variés, ainsi que les saucisses Hénaff.



18/03/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 76 autres membres