Jacques Le Goff : "Tous fliqués" 18 avril 2011

Jacques Le Goff : « Tous fichés ! » le 18 avril 2004

 

Jacques Le Goff,, professeur de droit à l’UBO,  a mis les 132 membres présents de l’UTL en garde devant les risques d’intrusion des contrôles dans la vie privée et les mises sur la place publique de données très personnelles, à leur insu, qui se multiplient.

La presse, ces dernières semaines, s’inquiète devant cette remise en cause du droit d’opacité et de la sphère privée. A travers des titres comme « Ordinateurs, téléphones, tous fliqués ! » de la Dépêche du Midi ou « Trop de sécurité nuit à la liberté » de Télérama, il apparaît que le poids des contrôles discrets s’intensifie. Alex Turc, président de la Commission Nationale Informatique et Liberté, vient de publier « La vie privée en péril ». En Angleterre où 4 500 000 caméras surveillent la population il est proposé aux habitants de  scruter chacun 4 caméras pour découvrir des crimes et toucher des primes.

 

Les contrôles ont changé de nature

 

Pour Jacques Le Goff les attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis ont accéléré le besoin de sécurité qui s’oriente aujourd’hui vers une étude fine des comportements et non plus seulement des identités.

Les contrôles ont changé de nature, dans leur volonté de définir l’individu dans ce qu’il fait et ce qu’il consomme. L’étude des pupilles peut mesurer l’intérêt pour un objet. L’examen des cartes de fidélité détermine les goûts des clients. Le Fichier National Anatomique des Empreintes Génétiques, d’abord utilisé pour traquer les auteurs d’actes répréhensibles, se banalise aujourd’hui. Les prochaines cartes vitales incluront le dossier médical. D’autres techniques sont en expérimentation : la rétine pour remplacer les empreintes digitales, le contour de la main, la démarche, la silhouette.

 

Le pire est à venir

 

La généralisation à l’ensemble des comportements est en cours, à travers les cartes de fidélité, la vidéosurveillance, les panneaux publicitaires intelligents, le système OPTAG dans les aéroports pour suivre les voyageurs par exemple dans leurs achats. « Tout ce qui peut être techniquement fait le sera », selon le théorème de Gabor, le pire est à venir, avec l’introduction des nanotechnologies.
Les contrôles s’élargissent et s’interconnectent. On ne fait plus toujours la différence entre le criminel, le témoin et le plaignant. L’interconnexion entre par exemple les fichiers policiers , ceux du fisc et même de l’URSAFF multiplie la puissance. Il est aujourd’hui possible, par les GPS ou les téléphones portables, de reconstituer vos itinéraires sur un jour, un mois, un an. IL est possible de contrôler les déplacements d’un employé dans des couloirs ou dans un véhicule.

 

Une éducation civico-numérique

Pour Jacques Le Goff il faut absolument sensibiliser les jeunes qui sont dans une inconscience totale face aux réseaux sociaux comme Face book. Il est nécessaire d’inventer une éducation civico-numérique, afin d’éviter la confusion entre vie privée et vie publique. Pour Alex Turk nous devons défendre : le droit à l’oubli, le droit au retrait, le droit de non-traçabilité, le droit à la transparence sur les informations détenues par les opérateurs.



25/04/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 76 autres membres