UTL - 28 mai 2018 - "Gandhi, entre mythe et réalités" par Nicole Lucas

 

 

Lundi 14 mai 2018, à 14 h 30 salle du Juvénat à Châteaulin.

 

   

"Gandhi, entre mythe et réalités" 

par Nicole Lucas, agrégée, docteure en histoire, licenciée en histoire de l'art 

 

Qui ne connaît Gandhi, surnommé affectueusement Bapu par les Indiens. Un homme d’Etat si essentiel que sa date anniversaire est associée à la journée internationale de la non-violence aux Nations-Unies depuis 2007. Avocat formé en Angleterre, il reste l’un des acteurs symboles de l’indépendance de l’Union indienne. Quelle part de mythe et de réalités dans l’existence de cette « grande âme », attachée à l’idée de résistance et de droits humains ? Réfléchir sur sa destinée 70 ans après son assassinat, c’est évoquer certains des puissants contrastes de l’histoire indienne contemporaine.

 

Inde entre traditions et modernités

Au croisement des deux mondes

 

L’Union indienne, puissance émergente, terre de contrastes tant sur le plan géographique qu’historique, demeure au croisement de plusieurs mondes. Région de contacts et de passages, mosaïque de cultures et de religions, elle demeure un territoire plein d’ambivalences où le passé, les traditions profanes et sacrées persistent, vivent et côtoient modernités et dynamismes.

 

 

 

 

                            

   

A suivre :

 

 

Lundi 11 juin 2018, à 14 h 30, salle du Juvénat, à Châteaulin

 

 Un feu sur la mer" par Louis Cozan, gardien de phare :

 "Il s'agira plus d'un témoignage que d'une véritable conférence. Une causerie durant laquelle je partagerai mes souvenirs de vie et de travail dans les tours isolées, ces phares plantés comme des pieux dans les vagues d'Iroise, sujets prisés des photographes de mer, leurs silhouettes à peine esquissées dans les brumes du matin ou illuminées comme des images pieuses sous les ciels de traîne. Ces phares de Bretagne, autant ancrés dans notre présent que dans notre mémoire, sont les témoins debout d'une belle et grande page de l'histoire maritime de notre pays.

J'ai veillé durant quinze ans leurs lumières, au service des marins du monde sans distinction de pavillon et c'est cette lumière que je veux partager avec le public. 

 

J'évoquerai les jours et les nuits qui filaient lentement, en un rythme immuable et quasi monacal, notre vie rigoureusement organisée dans un espace-temps où l'on se sentait protégé de tout.
Je parlerai du mauvais temps, lorsque la mer devenait méconnaissable et que l'éblouissement généré par la beauté de la nature ne parvenait plus à compenser les bouffées de terreur déclenchées par les vagues se levant à nos fenêtres. Je parlerai des jours sans fin l'été, de la solidarité, d'amitiés indestructibles, des relèves.

 

Je parlerai d'un métier maritime, un métier disparu, afin que l'on n'abandonne pas les témoins les plus précieux de cette histoire, les seuls qui nous survivront : les tours de mer !"

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



03/10/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 84 autres membres