UTL - 20 novembre 2017 - "L'identité bretonne : une histoire, une culture, des langues"

UTL - L'identité bretonne : une histoire, une culture, des langues

Par Rozenn Milin, diplomée d'études celtiques, femme de médias, directrice de TV Breiz 2000-2003. Elle est aujourd'hui associée au sein de la société de production audiovisuelle Bo Travail qui produit, entre autres, l'émission Echappées Belles sur France 5.

 

La question de l'identité est aujourd'hui omniprésente dans les débats politiques, économiques, culturels et scientifiques. Elle se pose de façon particulièrement aigüe dans les régions à forte personnalité, dont les cultures sont menacées par le nivellement qui va de pair avec la globalisation du monde. Mais alors pourquoi se revendiquer Breton au XXIe siècle ? Qu'y a t'il donc de si précieux à sauver ? Pouvons-nous encore nous affirmer différents de nos voisins ?

 

Pour répondre à ces questions Rozenn Milin a interrogé 19 personnalités de la Bretagne dans les différents secteurs que sont la politique, l'économie, la culture, les sciences (cf son livre : « Questions d'identité. Pourquoi et comment être Breton ».

En ce qui concerne la musique, elle est toujours très vivante et diverse. Elle permet de se retrouver en groupe et procure un bien-être. L'enseignement de son histoire revêt une grande importance afin de la faire connaître car elle gagne à être connue. Notre culture est héritière d'une très ancienne culture celtique gaélique, écossaise, irlandaise, galloise. Ainsi le breton est la dernière langue celtique (écrite) du continent avec toutes ses particularités et ses richesses. Par ailleurs le gallo est la langue romane de Haute Bretagne,issu du latin populaire. Le terme gallo vient d'une racine celtique "gall". Il désigne en Bretagne celui qui utilise la langue romane de Haute Bretagne, distincte du breton. L'existence d'une Bretagne linguistiquement double est attestée depuis le Moyen Age.

De ces échanges il ressort notamment que faire perdurer cette langue devient capital. Or elle est en très net déclin. Il y a un siècle un million de personnes parlaient breton. Il y a trente ans, elles étaient 500.000. Et aujourd'hui nous serions moins de 200.000 locuteurs. Du sentiment de honte d'être breton généré par l'interdiction de parler la langue à l'école il y a un siècle, nous sommes aujourd'hui devenus fiers de l'être. Les hommes se reconnaissent Bretons. Ajoutons que des jeunes, et moins jeunes, le deviennent en décidant de l'être. Des exemples particuliers nous sont cités. Ainsi, entre autres, les jumeaux Yannick et Tangi, d'origine étrangère, sonneurs en bagad et devenus champions. La vie culturelle est florissante.

Les personnalités interrogées s'affirment "Bretons" et contribuent au rayonnement de la Bretagne. Il en ressort que cette identité est en constante évolution.



28/11/2017
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 91 autres membres