UTL - Atelier Nature - Découverte des moules perlières à la salmoniculture du Favot à Brasparts le 23 novembre 2017

UTL - Atelier nature – Découverte des moules perlières – le 23 novembre 2017

 

Nous nous rendons à la pisciculture du Favot à Brasparts (créée en 1983), consacrée à la sauvegarde d'espèces en voie de disparition et au repeuplement.

 

Nous découvrons tout d'abord l'élevage des truites destinées à alimenter la pêche loisirs sur le lac de Brennilis et certaines rivières de Bretagne, mais pas en Finistère. Au fur et à mesure de leur croissance les alevins passent de bassins en bassins, sous couvert initialement, puis en extérieur jusqu'à maturité.

 

Mais notre visite s'intéresse plus particulièrement à la moule perlière, la Mulette. Elle est en forte régression et risque de disparaître. Un programme a été mis en place en ce qui concerne le Massif armoricain (Bretagne et Basse Normandie). Il vise à sauvegarder des populations de moules d'eau douce en station d'élevage et à reconquérir la qualité des rivières afin d'assurer la survie de l'espèce. L'objectif est de repeupler progressivement les cours d'eau dûment sélectionnés dans lesquels elle subsiste encore. La Mulette vit dans l'eau des rivières d’excellente qualité des massifs anciens. Son cycle de vie complexe, ses exigences écologiques et sa grande longévité (+ de 100 ans) font d’elle une espèce «parapluie», c'est-à-dire qu’en la protégeant, on protège tout un écosystème. La santé de la Mulette revêt ainsi une importance toute particulière.

 

La Fédération de pêche du Finistère et l'association Bretagne Vivante ont installé, à la pisciculture du Favot à Brasparts, une station d’élevage afin de protéger les moules perlières en les élevant hors des cours d'eaux pour mieux gérer leur développement avant d'envisager leur réintroduction en milieu naturel. Un bâtiment spécialement dédié a été construit à cet effet avec avec le programme de financement européen LIFE de 2010 à 2016. L'objectif est de cultiver des individus de différentes classes d'âge avant leur réintroduction en milieu naturel. La station de Brasparts est unique en France.

 

Partant de là, le cycle de développement de cette moule nous est expliqué. Lorsque les larves de la Mulette (ou glochidies) sont expulsées, elles sont mises en contact avec les poissons dont elles dépendent, en l'occurrence des truites de cet élevage du Favot qui trouvent donc ici un second intérêt et non des moindres. A ce stade elles se logent sur les branchies pendant 8 à 10 mois puis en tombent naturellement. Ainsi la truite les nourrit et les transporte. Libérées, elles s'enfouissent dans les sédiments. Elles se développent dans des bacs dédiés alimentés par de l'eau courante pour une bonne oxygénation. Les moules sont répertoriées par année de développement jusqu'à maturité pour être réintroduites en milieu naturel où elles vivent en groupe.

 

L'histoire nous apprend que l'homme a pêché la Mulette pendant des siècles pour ses perles. Elle était présente sur de nombreux cours d'eau européens. Sa pêche intensive à partir de la Renaissance a contribué à sa raréfaction. On sait qu'une perle existe dans une moule sur mille ! A titre d'exemple la cotte de François 1er comportait près d'une perle au cm2. La robe de Marie de Médicis était ornée de 32000 perles le jour du baptême de son fils Louis XIII... !



13/12/2017
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 87 autres membres