UTL : la menace des espèces invasives, Bruno Ferré 06 02 17

UTL : la menace des espèces invasives

 

« Les espèces invasives exotiques mettent en danger la biodiversité de la Bretagne » Bruno Ferré, militant de Bretagne vivante, a mis en garde lundi après-midi les membres de l’Université du Temps Libre contre le laisser faire face à des plantes et des animaux, dont la beauté peut masquer les dangers.

Les plantes invasives ont été volontairement importées, en grande majorité, pour orner les jardins et les parcs. Elles ont gagné les étangs, les berges, les bords de routes. Leur prolifération d’abord insidieuse est devenue parfois insupportable. Par fragmentation ou par graines elles ont progressivement éliminé les rivales européennes. La jussie à grandes fleurs d’or, venue d’Amérique du sud au début du 19ème siècle a recouvert des étangs puis gêné la navigation en Dordogne. Il a fallu organiser des campagnes d’arrachage en évitant la dispersion des brindilles.

 

29 espèces végétales invasives avérées

 

Des militants de Bretagne vivante ont mené une lutte contre le séneçon en arbre, avec des membres du Syndicat de SIVALODET. Un plant libère 1,5 million de graines. Actuellement 29 espèces végétales telles la renouée asiatique, la griffe de sorcière ou l’ambroisie sont des invasives avérées. Le laurier palme et les rhododendrons ne sont pas sans danger.

 

Le ragondin est en plein boom

 

La faune n’est pas épargnée. Quarante espèces sont considérées comme invasives avérées, dont 5 mammifères. Le ragondin est en plein boom. La tortue de Floride a un appétit insatiable. L’ibis sacré, échappé du zoo de Branféré, se nourrit de mollusques, de grenouilles, de lézards, de poissons, d'œufs et de poussins d'oiseaux, en Brière, au Croizic, dans le golfe du Morbihan. Le vison d’Amérique est un carnassier redoutable. Le frelon asiatique, venu dans une poterie chinoise en 2004 détruit aujourd’hui dans toute la Bretagne les abeilles, menaçant la pollinisation. Répondant à une question sur les espèces européennes invasives elles aussi. Bruno Ferré a cité le lapin qui « pourrit » l’Australie. Pour lui le réchauffement climatique joue aussi son rôle. Il faut être informé et vigilant.



08/02/2017
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 76 autres membres