UTL : Le voyage d'Hervé Hamon chez les grands patrons 21 10 13

UTL : Le voyage d’Hervé Hamon chez les grands patrons

A quoi ressemble un grand patron ? Hervé Hamon, écrivain breton, a voulu interviewer une quarantaine de PDG pour en avoir le cœur net. Lundi à l’Agora devant 150 spectateurs de l’UTL et quelques autres, il a rendu compte de son livre bilan « Ceux d’en haut ».

Aidé par Nicole Notat patronne de Vigeo, présidente du club de réflexion « Le Siècle » fréquenté par les hommes de pouvoir, Hervé Hamon revêtant une tenue sombre mais gardant sa chemise à col ouvert s’est lancé dans le rituel des rendez-vous à obtenir. Véritable parcours de combattant où Matthieu Pigasse le fait attendre 8 mois.

Créateurs d’une oeuvre

Si l’allure des bureaux rend compte de la variété des tempéraments, tous les grands patrons se veulent créateurs d’une œuvre. Franck Riboud, successeur de son père Antoine à fait croître le groupe Danone jusqu’à la 3ème place mondiale en l’orientant vers les marchés émergents. Jean Louis Beffa à la tête de Saint-Gobain affirme : « J’ai donné un style, un ton, une stratégie à l’entreprise. Je suis payé pour penser ». S’adapter et se développer sont les conditions de survie. Ainsi Louis Schweitzer, ancien PDG de Renault défend la fermeture de l’usine de Villevoorde.

L’absence de renouvellement

Par contre ces patrons critiquent le capitalisme financier qui renforce les prétentions des actionnaires. Ils admettent à la fois vivre dans une bulle mais aussi avoir la meilleure connaissance de la réalité du monde. Pour Hervé cependant leur défense des hauts salaires fait penser aux concours de classement dans la cour de récréation. L’argent les rassure sans doute. De même le conférencier regrette l’absence de renouvellement de ces milieux alimentés par les grandes écoles où l’ENA joue un rôle dominant. Ne rate-t-on pas des talents demande Hervé? La quasi absence des femmes sera aussi critiquée par plusieurs spectateurs.

Pour le conférencier les multinationales doivent tenir compte aujourd’hui de l’opinion qui les condamne pour l’incendie d’un atelier textile au Bangladesh, le naufrage de l’Erika ou la déforestation des terres amazoniennes au Brésil. En conclusion il disait se retrouver avec plaisir dans son monde plus populaire.



24/10/2013
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 75 autres membres