UTL. Les animaux qui ne manquent ni de piquants ni de ressource 26 09 16

Les adhérents de l’UTL venus en très grand nombre au Juvénat, lundi 26 septembre, pour cette première séance de la nouvelle saison, ont été conviés par Nadia Améziane à la découverte d’animaux qui ne manquent ni de piquants, ni de ressources.

Nadia Ameziane, chercheur à la station bio-marine de Concarneau, a impressionné  l’auditoire par sa compétence.

Les animaux qui piquent sont les échinodermes divisés en cinq classes. Les échinides (oursins) ;; les astéries (étoiles de mer) ; les ophiures ; les crinoïdes. les holothuries (concombres de mer)

Ce sont des animaux marins qui vivent dans tous les océans, à toutes les profondeurs. Ils se sont formés il y a environ 500 millions d’années au paléozoïque (ère primaire). Ils présentent une symétrie rayonnante pentaradiée (d’ordre 5). Ils intègrent l’eau de mer. Leur squelette est formé de carbonate de calcium. La fécondation peut être ou asexuée selon la classe.

 

Les cinq classes

 

Les oursins sont des invertébrés de forme sphérique couverts de piquants qui servent à la locomotion et la défense. Posés sur le fond ils broutent les plantes aquatiques et les débris. ;Ils peuvent être la proie de crustacés et de certains poissons.

Les étoiles de mer ont un disque central autour duquel rayonnent cinq bras ou plus. La bouche se trouve sur la face inférieure. Elles sont omnivores opportunistes.

Les ophiures proches des astéries ont cinq longs bras souvent munis de piquants, autour d’un disque central aplati. Elles rampent sur le fond et sont détritivores et charognards. Elles reconstituent rapidement leurs bras perdus.

Les crinoïdes rappellent une fleur ou une chevelure. Elles sont accrochées au fond. La tige est surmontée d’un calice d’où s’élancent de longs bras segmentés. Sédentaires elles mangent le plancton.

Le concombre de mer un corps mou et oblong avec un cercle de tentacules autour de la bouche. Il possède 5 rangées de petits pieds à ventouses qui adhèrent au sol. Il mange du plancton et des détritus et s’enfonce dans le sable. Il évite ainsi les accumulations de matières organiques.

 

L’homme

 

L’homme mange les gonades des oursins dans le midi. En Sardaigne et Asie on consomme les concombres de mer et à Taïwan les étoiles de mer.

En biologie on étudie les œufs et les larves, indicateurs de pollution, les propriétés des molécules antibactériennes et antifongiques. Des recherches sont faites dans la perspective de lutte contre les cancers, le sida et contre le virus de la dengue.



06/10/2016
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 75 autres membres