UTL. Les arcanes de la police judiciaire par Jean-Paul Mauguen, le 01 06 15

UTL. Les arcanes de la police judiciaire par Jean-Paul Mauguen, le 01 06 15

Ancien gendarme, membre de la section de recherche de Rennes pendant 13 ans, Jean-Paul  Mauguen a fait part de son expérience aux adhérents de l’UTL, le lundi 1er juin au Juvénat de Châteaulin.

Jean-Paul Mauguen a participé à 1000 arrestations et à la solution de 150 affaires. Progressivement les effectifs de la section qui fut la 1ère de France, opérant dans tout l’ouest, se sont étoffés, passant de 19 à 60 gendarmes.

 

Premiers temps d’une enquête capitaux

 

Pour le conférencier, les premiers  temps d’une enquête sont capitaux. L’examen de la scène de crime peut livrer « des indices graves et concordants » : taches de sang, traces de pas, objets. Celles-ci, figées par l’injection de plâtre servirent à trouver les coupables de l’agression d’un ancien légionnaire, par la visite des magasins de chaussure de la région. Les témoignages sont précieux.

Selon Jean-Paul Mauguen, actuellement il y a trop de monde sur une enquête. Cependant l’amélioration des portraits robots et les nouvelles techniques tels le procédé fluo pour détecter le sang, la morphopsychologie ou la détermination de l’ADN sont utiles.

Parfois une enquête peut s’étaler sur plusieurs années. L’affaire Dickinson en est un exemple, le viol et l’assassinat de Caroline Dickinson a eu lieu en 1996 mais Francisco Arce Montes n’a été arrêté qu’en 2001, trahi par son ADN. Les psychopathes, tel Francis Heaulme, tueur en série, sont souvent difficiles à confondre. Le rôle de Jean-François Abgrall, membre de la section de recherche a été déterminant pour élucider le meurtre d’Aline Pérès à Brest.

 

Justice civile et justice pénale

 

A la suite d’un flagrant délit, le juge d’instruction prend une commission rogatoire qui permet aux gendarmes d’entrer chez des particuliers. Ce juge fait partie des magistrats du siège (justice assise) qui peuvent sanctionner : juges des tribunaux, juge pour enfants, juge d’application des peines. Les juges du parquet (juges debout) sont les procureurs, substituts et avocats généraux. La hiérarchie des tribunaux dépend de la qualification des délits ou crimes. On distingue la justice civile (tribunal d’instance, de grande instance, cour d’appel), la justice pénale (tribunal de police, tribunal correctionnel, cour d’assises). Il est possible de faire casser le jugement pour vice de forme (cour de cassation). Les membres de la police judicaire sont des auxiliaires de justice.

 

Le conférencier a mis en garde les assistants sur les dangers que représentent actuellement la multiplication des venues de soi-disant ramoneurs, ravaleurs de façade, faux policiers ou démarcheurs variés. Un contrôle de l’identité et de la vérité de la profession s’impose, à chaque fois.



13/06/2015
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 75 autres membres