UTL - Les bretons en Amérique, par Christiane Jamet le 09 avril 2018

UTL – Les bretons en Amérique par Christiane Jamet, vice présidente de l'association Bretagne TransAmerica le 09 avril 2018

 

Cette présentation s’est déroulée à l’aide d’un documentaire illustrant l’immigration de parents et connaissances de Mme Jamet.

 

La terre rapportait peu aux familles nombreuses installées en centre Bretagne. C’est de Gourin, Roudouallec et des villages alentours que partirent les premiers émigrants vers 1880. Nicolas Legrand, tailleur de pierres fut le premier «aventurier». Il revint riche 9 ans plus tard. C'étaient des fermiers pauvres mais aussi des tailleurs de pierre et plus tard des marchands, des artisans, des ardoisiers… tous attirés par le rêve américain que les premiers revenus au pays avait fait naître. On estime à quelques 115 000 le nombre de Bretons ayant émigré aux Amériques entre 1880 et 1970.

 

Les USA avaient besoin de main d’œuvre ; les émigrés étaient payés à la tâche et passaient d’un travail à l’autre, fourni par les fortunés Carnegie, Morgan, Rockefeller… Certains travaillèrent à l’érection des premiers buildings ou dans l’usine Ford, d’autres partirent comme serviteurs dans les demeures de riches américains dans le Massachusetts où ils formaient une communauté soudée. Chez Ford et chez Michelin les Bretons étaient appréciés pour leur discrétion (secret de fabrication) et leur assiduité au travail. Au temps de la prohibition, ils contournèrent discrètement la loi pour leur propre consommation. Au moment de la première guerre mondiale les jeunes furent mobilisés en France et ceux qui ne se présentèrent pas virent leurs biens saisis. Puis ils vécurent les années folles des affaires et des spéculations boursières jusqu’au crack de 1929. A ce moment-là l’usine Michelin ferma et certains rentrèrent au pays : «s’il faut être pauvre, autant être pauvre au pays». Ceux qui demeurèrent là-bas participèrent au New Deal lancé par Roosevelt pour relever le pays qui ne le sera vraiment qu’au moment de la seconde guerre mondiale.

 

Certains bretons se lancent dans la restauration : le premier établissement au mobilier typiquement breton fut le Café Brittany. L’Amérique redevient le nouvel Eldorado, avec passage obligé par Ellis Island pour un examen sanitaire et administratif : point de chute obligatoire chez un parrain «administratif», test de lecture, possession de quelque argent. Trois agences maritimes proposant une immigration clé en main se sont ouvertes dans le pays de Gourin. Une quatrième s’ouvrira bientôt et les immigrants seront désormais des «passagers» voyageant, non plus à fond de cale, mais à bord de paquebots. IL faudra un visa à partir de 1950 et le secteur de la restauration sera le plus favorisé pour cette nouvelle vague d’immigration. Les bretons créent une «association bretonne» et un «stade breton» : tous deux permettent aides médicales et sont l'occasion de festivités qui rassemblent la communauté constituée alors comme un bande de copains au pull noir et blanc comme le Gwenn ha Du. Les bretons sont sur Broadway, ils ouvrent des crêperies et des grands hôtels restaurants à l’extérieur de New York...

 

Les années 60 sont des années d’insouciance : la quatrième agence devient agence d’Air France, une amicale se crée à Gourin pour les voyages familiaux vers les USA, une nouvelle loi permet les regroupements familiaux. Mais les visas des européens se raréfient car une immigration de nouveaux pauvres venus d’Amérique latine et des îles se met en place. L’agence Air France, 4e agence, ferme ses portes en 1985 et offre à Gourin une reproduction de la statue de la liberté qui, sur la place, accueille le touriste.

 

Les descendants des immigrés restés aux USA disent se sentir français, américains et bretons. De nouvelles associations se forment pour un engagement culturel. Culture et business, innovation et réussite, sont les maîtres-mots de ces américains bretons, aux passeports français et américains.

 

Mme Jamet nous a relaté son expérience personnelle.



20/04/2018
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 84 autres membres