UTL : Les confidences du clown 20 01 2014

« Quand j’étais petit, il était là dans le salon ». Devant 150 spectateurs, lundi après-midi , exceptionnellement  à Coatigrac’h, le comédien Yano Benay, dans un show très construit a évoqué la part du clown de Bernard Buffet dans son choix de métier.

Tantôt conteur, tantôt historien, tantôt artiste, Yano a su faire vivre ce long chemin qui a mené aux clowns d’aujourd’hui. Il jonglait avec maestria entre son ordinateur, sa caméra mobile, son bonnet d’artiste, mêlant les extraits de film, les photos et les musiques.  Yano occupait toute la grande scène, assis, debout, tombant, bondissant, se grimant en clown blanc et arborant une chevelure flamboyante.

 

C’est quoi un clown ?

 

« C’est quoi un clown ?» demandait  Yano. « Ca fait rire ou ça fait peur ? ». « Il est vieux comme le monde » concluait-il, passant des Grecs, au Triboulet de François Ier puis à l’Arlequin de la Commedia-del –Arte. Philip Astley, célèbre écuyer anglais fondait le cirque moderne à la fin du 18ème siècle. Plus tard Jean-Baptiste Auriol, l’homme oiseau, fut le premier clown français, entre ciel et terre. Bientôt les clowns blancs côtoyaient les augustes, faire-valoir et têtes de Turc. Aujourd’hui les deux se mélangent. Au 20ème siècle, Grock, Charlot, Buster Keaton puis les Fratellini ont donné leurs lettres de noblesse aux clowns.

Yano, enfant, pleurait de rire devant Louis de Funès. Etudiant à Brest, il abandonne la biologie pour devenir clown dans la rue, dans les entreprises, dans les hôpitaux et chez les particuliers. Il crée une école du cirque à Quimper puis à Brest. Il est aujourd’hui à la tête de la compagnie « Dédale de clown ».



27/01/2014
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 75 autres membres